Amadou Kane falsifie les documents de la maison de sa femme, la vend, la répudie et prend une autre femmeKaolack Infos

Ramata Seck est désabusée. Femme de ménage, elle a perdu son fils il y a quelques années. Sa patronne, la riche Khady Mbaye, fille de Feu Djily Mbaye et épouse du fameux Massata Diack prend pitié d’elle et lui offre une maison. Mais malheureusement pour Ramata Seck, son mari Amadou Kane, va falsifier les papiers de la maison et la vendre. Comble de tout : il a répudié Ramata et en a épousé une autre. Traduit en justice pour faux et usage de faux en écritures privées, abus de confiance et escroquerie portant sur 25 millions, le procureur a requis 2 ans dont 1 an ferme. Délibéré demain.

Pour avoir usurpé la maison appartenant à son épouse Ramata Seck, après avoir falsifié les documents du titre foncier, Amadou Kane a été traduit par cette dernière devant la barre du Tribunal de grande instance de Pikine/Guédiawaye, le vendredi dernier, 21 février. Ainsi, elle lui reproche les faits d’abus de confiance, de faux et usage de faux et d’escroquerie. En effet, cette bonne dame travaillait au service de Khady Mbaye, femme de Massata Diack, qui lui a offert un terrain, au moment où elle était dans le désarroi total.

Car, en ce temps-là, Ramata Seck venait de perdre son fils et Khady Mbaye, fille du défunt milliardaire Djily Mbaye et épouse de Massata Diack, s’était rendu chez elle pour lui présenter ses condoléances. Là, Khady Mbaye a remarqué que sa cuisinière était une personne démunie. C’est sur ces entrefaites qu’elle lui a offert un terrain sur lequel elle édifiera une maison. Plus tard, Ramata Seck qui avait amassé des sous pour procéder à la mutation du titre foncier à son nom, avait curieusement constaté que les documents de la maison qu’elle avait rangés dans son armoire avaient disparu.

Comment Ramata a été bernée

Lorsqu’elle en a parlé à époux, celui-ci lui a rétorqué qu’ils étaient en sa possession. Et pour se justifier, Amadou Kane lui a fait croire que c’était pour les besoins d’abonnements d’électricité et d’eau. Deux ans plus tard, ils ont divorcé. En essayant d’en savoir plus sur sa maison, Ramata Seck a découvert que son ancien mari a vendu la maison à un ancien gendarme Ibrahima Sy et s’est marié avec une autre. Pire, Amadou Kane s’est acheté une autre villa. Se rendant compte qu’elle a été bernée, Ramata Seck a déposé plainte contre son ex-époux. «C’est ma patronne Khady Mbaye qui m’a offert la maison. Mieux, elle et son époux Massata Diack m’ont aidée à la construire. Mon ex-mari Amadou Kane a pris le titre foncier de la maison. Quand on a divorcé, je lui ai réclamé les papiers de la maison, il a refusé et sa nouvelle femme m’a chassée, disant qu’elle leur appartient», déclare la victime.

Le prévenu nie tout

Des déclarations battues en brèche par le mis en cause Amadou Kane. «Je suis marabout. Khady Mbaye m’a donné le terrain en contrepartie d’une prière que je devais formuler pour son mari Massata Diack. Ainsi, elle m’a donné une attestation de cession. Je reconnais que c’est mon épouse qui m’a mis en rapport avec cette famille. C’est la raison pour laquelle j’ai muté le terrain au nom de notre fils aîné Ababacar Kane. C’était en 2013. C’est par la suite que j’ai muté le terrain à mon nom. Car, entre-temps, j’ai épousé une autre femme. Et lorsque j’effectuais cette mutation, elle était au courant. A la mairie, on m’a dit que l’attestation de propriété était plus importante que l’attestation de donation. C’est ainsi que j’ai effectué le changement en déboursant la somme de 150 mille F, a-t-il argumenté. Des affirmations qui n’ont été confortées par aucune des parties en l’occurrence son ex-épouse Ramata Seck ainsi que la patronne de cette dernière, Khady Mbaye, qui réfute le fait d’avoir signé un quelconque document. Raison pour laquelle Amadou Kane a été poursuivi pour faux et usage de faux.

L’ancien gendarme réclame 35 millions au prévenu

Il lui est par ailleurs reproché le délit d’escroquerie portant sur la somme de 25 millions F au préjudice de l’ancien gendarme Ibrahima Sy. Celui-ci a confié avoir acquis la maison litigieuse sur des bases légales. «Après vérification auprès de la mairie, j’ai acheté la maison. Et on m’avait certifié que tous les papiers afférents étaient en règle. Mais, à un moment donné, la dame s’est approchée de moi. J’ignorais même qu’ils étaient mariés. C’est ainsi qu’elle m’a fait savoir que la maison n’appartient pas à Amadou Kane. J’étais surpris. Mais, j’ai vu la réalité en face quand j’ai été convoqué à la Dscos. Il m’a donné une attestation de propriété. Il a muté ses papiers à son nom», a déclaré ce gendarme qui a réclamé 35 millions de F à titre de dommages et intérêts.

La femme de Massata Diack charge le prévenu et réclame le franc symbolique

Concernant la constitution de partie civile de Khady Mbaye, Me Mamadou Guèye réclame justice pour sa cliente. «Quand le prévenu dit que Khady Mbaye lui a offert le terrain, il ne dit pas la vérité. Khady Mbaye est beaucoup plus aisée que son mari Massata Diack. Le prévenu a fait mal à Khady. Cette dernière est une juriste chevronnée. Elle ne versera jamais dans des écarts pareils. Il tente de faire croire que le numéro de carte d’identité a changé. L’infraction de faux et usage de faux est constante dans cette affaire. Elle réclame le franc symbolique et que justice soit faite», a plaidé la robe noire.

Ramata Seck réclame 50 millions

Constitué pour Ramata Seck, Me Boubacar Dramé a estimé qu’Amadou Kane est atteint et convaincu de tous les chefs qui lui sont reprochés. «Il a épousé d’autres femmes et a répudié Ramata. Il a vendu avec précipitation la maison pour en racheter une autre à son nom, après avoir falsifié les documents de la maison. Il a vendu à Ibrahima Sy qui a fait les vérifications d’usage, mais s’est rendu compte du subterfuge quand Ramata lui a dit que la maison lui appartenait. Il a falsifié la signature de Khady Mbaye», a déclaré Me Dramé. Avant que Me Babacar Mbaye ne réclame la somme de 50 millions comme dommages et intérêts pour Ramata Seck. «L’acte n’a jamais été à son nom. L’acte était au nom de son fils. Comment a-t-il fait pour le muter à son nom ? Il est établi que le prévenu est un escroc. En plus il n’est pas un marabout il est charlatan», a souligné Me Mbaye.

Le procureur requiert 1 an ferme, la défense démonte tout

Invité à faire ses réquisitions, le procureur a sollicité 2 ans de prison dont 1 an ferme contre Amadou Kane, qu’il considère coupable des infractions qui lui sont reprochées. Mais, les avocats pour la défense de Amadou Kane ont plaidé que leur client soit renvoyé des fins de la poursuite sans peine, ni dépens. Ils ont trouvé curieux qu’aucune des parties civiles ne réclame la restitution du titre foncier litigieux. De l’avis de Me Ngom, pour que le tribunal puisse statuer, il lui faudrait d’abord régler le problème de la propriété. «Pour statuer sur la demande d’Ibrahima Sy, il faut statuer sur le titre de propriété. Les avocats de Ramata, n’ont pas visé le vol, car ils sont des conjoints. C’est pour ne pas lui faire bénéficier de l’immunité familiale. Dans cette affaire, on ne peut pas parler de faux, ni d’abus de confiance. Le dossier est vide. Et on demande des peines lourdes. Le droit pénal s’en fiche des émotions», s’est indigné le conseil. Délibéré demain.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here